Au-delà des Voyances
Bonjour chers invités et bienvenus en Ésotérie,
C'est avec grand plaisir que "Au-delà des Voyances" vous y accueille !

Prenez donc plaisir à explorer notre vaste monde mais pour ce qui est de ses "trésors cachés" (apprentissages complets de cartes, oracles et tarot), il vous faudra nous rejoindre en vous inscrivant !

N.B : Votre date de naissance vous sera demandée lors de l'inscription mais n'apparaîtra nullement publiquement !

Très belle visite et belle découverte,

Au plaisir de vous lire et d'échanger avec vous ...

Ombeline.


Communauté de découverte et d'initiation aux univers divinatoires, ésotériques et spirituels ! Soyez-y les bienvenus et bons échanges ! Ombeline.
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le houx

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ombeline
Fondatrice
Fondatrice
avatar
Messages : 16602
Date d'inscription : 22/09/2013

MessageSujet: Le houx   Mar 20 Déc - 12:13



Époque de l'année oblige, on utilise beaucoup les pommes de pins, les noix et différentes branches sèches dans les décorations de Noël.

L'une d'elle, sans doute la plus célèbre, est le houx.

Selon la légende, lorsque la famille fut obligée de fuir en Égypte afin d'échapper à Hérode qui en voulait à la vie de Jésus, plusieurs miracles ont permis à la Sainte Famille de progresser sans danger.

On raconte que l'un de ces miracles eut lieu grâce à des branches de houx. En effet, alors que les soldats d'Hérode étaient sur le point de les trouver, le houx étendit ses branches afin de les cacher.

Marie, très reconnaissante, l'aurait béni en annonçant que le houx resterait vert, symbole d'immortalité.

C'est le symbole de la chance et de la bonne fortune. En mythologie celtique le houx est l'arbre jumeau du chêne. Le chêne gouverne la partie claire de l'année tandis que le houx règne sur la partie sombre.

Depuis la nuit des temps, le houx est le symbole des fêtes religieuses ou païennes et, comme le gui, le houx passe pour porter bonheur parce qu’il reste toujours vert. Il semble donc échapper à la marche de ce temps jalonnée par les saisons. Ainsi, il symbolise la vie au cœur de l’apparente mort hivernale, d’où sa place dans les cérémonies qui marquaient le solstice d’hiver. Il se voyait d’ailleurs attribuer des vertus protectrices, lesquelles sont à l’origine de nos traditions et fêtes de fin d’année qu’il continue d’enchanter. Les feuilles épineuses du houx offrent une énergie de protection aux gens mais aussi, aux animaux. Cette plante est associée à l’élément feu et à l’hiver.

Le houx est devenu populaire dans les festivités de Yule grâce aux nombreuses cultures et traditions magiques à travers le temps. Le houx a des liens avec les traditions druidiques pour sa verdure persistante à travers les plus sombres jours d’hiver, mais aussi en raison de ses liens avec les traditions féériques. Les druides, ces prêtres des Celtes et des Gaulois, croyaient que le soleil ne quittait jamais les plants de houx.
On pensait que les fées qui vivaient dans le buisson de houx entraient à l’intérieur des maisons pendant les mois d’hiver pour prendre une pause du froid et des conditions difficiles. Ces branches de houx offraient des cachettes de premier choix pour les fées et les esprits de la forêt qui y trouvaient refuge pendant la saison froide. Le houx était donc une plante sacrée.




Les druides coupaient les branches piquantes pour en faire des bâtons de vie. Pour les couper correctement sur les arbres, un goutte de sang était essentielle, mais du vin rouge était censé convenir tout aussi bien. Les baies rouges incarnaient l’énergie féminine, juste comme les baies du gui symbolisaient la semence masculine. Unies dans le rituel accompli durant le solstice d’hiver, ces deux plantes devinrent « des parentes mythiques » et jouèrent le rôle vital de garantir la vie renouvelée au printemps.

La signification du houx comme symbole de vie éternelle et de sage prévoyance se reflète dans son nom anglais, holly, qui est relié au mot holy (ndlt : saint, sacré). Dans le rituel celtique du houx accompli la nuit précédant le solstice d’hiver, les branches de houx étaient récoltées et installées dans la maison comme protection contre la sorcellerie, la foudre, et la mort. De là provient l’expression « holy day » (jour saint, sacré), plus tard transformée en terme profane « holiday » (vacances, jour férié) !

Son histoire connue remonte aux grands peuples de l'Antiquité. Il était alors coutume de décorer les maisons, les autels, de s'orner soi-même ou de remercier les personnes chères par des compositions florales de verdure et de fleurs comportant un message. Chaque plante avait une signification symbolique et de la combinaison de différentes plantes résultait un message. L'arrangement floral avait généralement la forme d'une guirlande ou d'une couronne. Ainsi, chez les Romains, des couronnes de houx étaient offertes aux jeunes mariés en signe de bons vœux et de félicitations.

Le houx est considéré comme sacré pour le dieu romain Saturne. Les Romains célébraient « allègrement » les Saturnales à la fin du calendrier romain, soit le mois de décembre. Des couronnes de houx et d’autres verdures étaient installées bien en vue en l'honneur de Saturne, dieu des semailles et de la culture de la vigne; ces festivités coïncidaient avec la fin des activités agricoles et le solstice d'hiver, moment de l'année où les jours commencent à rallonger. Cette ancienne fête hivernale comportait également un échange de cadeaux. Il était alors de bon ton d'envoyer des présents garnis de houx à ses amis.

Dans le culte romain de Bacchus, le houx était la contrepartie féminine du lierre masculin, et c’est pourquoi les portes des maisons étaient décorées de couronnes des deux plantes au cours des Saturnales. Le docteur de l’église, Quintus Tertullian, interdit cette pratique comme coutume païenne durant le IIème siècle de notre ère. Les autorités de l’église étaient impuissantes face à la popularité persistante des rituels du houx cependant, et réinterprétèrent finalement la pratique en termes chrétiens : «Selon la légende, chaque palmier qui accueillit le Sauveur Jésus lorsqu’il entra à Jérusalem, reçut des épines comme souvenir de l’épreuve à laquelle le Christ fut soumis». (Schöpf 1986, 146). Ainsi, les feuilles piquantes du houx devinrent un symbole chrétien de la couronne d’épines et ses baies rouges devinrent le sang du Christ.

Utilisation Magique et Populaire.

Plus d'une superstition et croyance émaillent l'histoire du houx. Les anciens Européens croyaient que par ses feuilles épineuses, le houx repoussait les mauvais esprits, entre autre les sorcières et les foudres du ciel.

Comme d’autres plantes à feuillage persistant, les feuilles piquantes et découpées de l’Ilex passaient à la fois pour protéger contre les pouvoirs dangereux et pour les attirer : « Selon les croyances populaires, les sorcières avaient besoin des baies rouges du houx pour créer les orages. Les baies étaient un ingrédient important des « onguents et encens » des sorcières ». (Weustenfeld 1996, 111).
Ils étaient utilisés en magie comme protection contre les cauchemars, les incubes et autres démons, ainsi que pour se protéger de la foudre.
Planté près d’une maison, le houx protégeait contre la magie maléfique. Pythagore écrit que le pouvoir de leurs fleurs change l’eau en glace. Il dit également que lorsqu’un bâton de ce bois est lancé contre une bête sans suffisamment de force, il se rapprochera de lui-même jusqu’à l’animal, à une coudée environ, par sa propre magie, puisqu’un grand pouvoir réside dans cet arbre (Pline l’Ancien XXIV, 116).

Selon les traditions botaniques, un buisson de houx, plante de protection, cultivé sur votre propriété vous protégerait contre la foudre.

Étrangement, on retrouve aussi cette croyance chez certains Amérindiens de l'est de l'Amérique du Nord qui plantaient du houx près de leurs habitations. Ils avaient de plus découvert une méthode de séchage des baies qui en préservait toute la brillance et la rondeur. Elles servaient à la décoration des vêtements et des cheveux ainsi que de monnaie d'échange avec d'autres peuplades où le houx ne poussait pas à l'état naturel. Des rameaux de houx peints sur des objets ou brodés sur des vêtements étaient signe de chance. Pour les guerriers amérindiens, la plante entière avait force de symbole : la rigidité de son bois représentait leur résistance, les épines leur férocité, et la longévité des feuilles, leur courage face à l'ennemi.

Cette année, apportez un peu de la magie de la nature dans votre maison et ajoutez quelques brins frais de houx à votre décoration intérieure. N’oubliez pas de conserver les feuilles épineuses et les baies toxiques à l’écart des jeunes enfants, et profitez de l’enchantement naturel de Yule.


Source: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

« Méditer, c’est dégager en soi de petites clairières de connaissance dans une immense jungle d’ignorance. »

Luc Élias Kawada.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://audeladesvoyances.forumgratuit.be
 
Le houx
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jeux vous lait v-houx dire .... que je reste !
» La feuille de houx
» Le houx
» le fragon ou petit houx
» Houx / Kelenn / Holly / Ilex aquifolium

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au-delà des Voyances :: Le Labirynthe des Mystères :: Les Symboles-
Sauter vers: